Bureau international
Téléphone : 613-236-1393
1-800-637-6859
Poste 2200
international@ustpaul.ca
Liens rapides
Print Imprimer

Rencontrez nos étudiants internationaux: Père Cryton Outschoom, Sri Lanka

« Je me sens chez moi à l’Université Saint-Paul. »

Père Cryton Outschoom

C. Outschoom

Le père Cryton Outschoom est arrivé au Canada du Sri Lanka seulement quelques jours avant l’amorce de la session d’automne 2014. Le prêtre catholique  a donc dû plonger tête première dans un nouveau monde dès le début de ses cours. « L’Université Saint-Paul a une très bonne réputation pour la qualité de ses cours, surtout en droit canonique. J’étudie en résolution de conflit et je me rends compte chaque jour que l’Université est un endroit très convivial », mentionne le père Outschoom. Il convient que son adaptation n’a pas été trop difficile, bien qu’il ait remarqué de nombreuses différences au niveau des relations interpersonnelles. « Ici, les gens sont très professionnels, très réservés dans leur relation avec les autres. Au Sri Lanka, les gens approchent les prêtres à n’importe quel moment, sans rendez-vous, et se mettent à vous parler de leurs conflits spirituels. C’est tout un changement », avoue-t-il. Peu effrayé par la neige, le père Outschoom a hâte de pouvoir vivre son premier hiver dans un pays nordique. « Il ne faut pas trop s’en faire avec le climat… après tout, ce sont les gens qui sont importants. »

Longtemps déchiré par la guerre civile, le Sri Lanka est en voie de pacification. Le père Outschoom soutient que ses études à la maîtrise en résolution de conflit vont encore mieux le préparer au rapprochement entre les victimes de la guerre, qui connaît une accalmie depuis 2009. « En tant que prêtre catholique, il est de mon devoir de m’assurer que tous et chacun prennent une part importante dans ce processus de réconciliation. Je pense sincèrement que les théories apprises dans mes cours me seront très utiles afin de favoriser le dialogue entre les victimes. » Contrairement à beaucoup d’étudiants, le père Outschoom reconnaît qu’il n’étudie pas en vue d’obtenir un emploi, mais bien pour parfaire son éducation. « J’ai déjà choisi ma carrière et le fait de pouvoir venir étudier au Canada est un cadeau qui me permettra d’être encore meilleur dans mon rôle de guide spirituel. »

Son rêve ? Pouvoir contribuer à panser les plaies laissées par la guerre dans son pays d’origine, dit-il sans hésitation. « Beaucoup de gens ont souffert à cause de la guerre, mais le chemin vers la paix est fermement engagé. Je veux simplement faire ma part pour que les gens éprouvés puissent retrouver une certaine paix intérieure », conclut le père Outschoom, avec enthousiasme.



Bookmark and Share

Autres liens