Bureau international
Téléphone : 613-236-1393
1-800-637-6859
Poste 2200
international@ustpaul.ca
Liens rapides
Print Imprimer

Rencontrez nos étudiants internationaux: Maria-Princène Dagba, Bénin

« La proximité avec les professeurs est ce qui m’a le plus surprise à l’Université Saint-Paul. »

 Maria-Princène Dagba

M-P DagbaÉtudiante en communications et études de conflit, Maria-Princène Dagba est arrivée au Canada il y a environ huit mois. La jeune fille de 19 ans originaire du Bénin, qui avait déjà visité l’Allemagne, a été renversée par plusieurs aspects de la vie nord-américaine dès son arrivée. « Tout ici est bien réglé et bien géré… quand tu veux prendre le bus, il y a un horaire précis et le bus est rarement en retard. Contrairement à l’Afrique, les structures semblent efficaces pour ceux qui les utilisent. »

Maria adore la culture canadienne et le fait qu’elle puisse vivre sa vie de tous les jours en utilisant la langue française. Toutefois, la jeune Béninoise a trouvé l’adaptation à l’hiver difficile, elle qui est arrivée au Canada en plein mois de février. « Je trouvais qu’il faisait toujours froid. Dans mon pays, tu enlèves tes vêtements quand il fait chaud, mais ici, tu dois constamment penser à la température avant de te déplacer… ce n’est pas toujours évident d’affronter l’hiver. » Cependant, Maria-Princène dit adorer les différentes saisons. « C’est tellement différent du Bénin. Ici, on voit vraiment que chaque saison a ses charmes. »Comme c’est le cas pour plusieurs étudiants internationaux, elle a également eu à s’adapter à la nourriture. « C’est incroyable de voir tous les produits disponibles dans les supermarchés. Je peux même trouver des produits qui viennent de mon pays à un prix très abordable », ajoute-t-elle.

La jeune fille adore la relation qu’elle entretient avec ses collègues étudiants et les professeurs, qu’elle trouve toujours disposés à la rencontrer. « En Afrique, les professeurs ont un certain statut et il est parfois difficile de pouvoir les rencontrer, mais ici, c’est tout le contraire. Parfois, ce sont eux qui amorcent la discussion et qui t’invitent à leur parler. » Détentrice d’une bourse d’étude offerte par le ministère de l’enseignement supérieur de son pays natal, Maria-Princène croit que ses études en communications et en gestion de conflits à l’Université Saint-Paul vont bien la préparer pour une carrière dans cette discipline. « La base des conflits, c’est une mauvaise communication. Je crois qu’il sera possible d’appliquer plusieurs des théories apprises ici pour améliorer les relations entre les différents acteurs du milieu, surtout dans le cas de conflits d’origine ethnique, par exemple. »

Maria-Princène rêve d’une carrière à l’international. « J’aimerais beaucoup travailler pour les services diplomatiques de mon pays. Je pense que c’est un objectif très réalisable », affirme la jeune fille, en se préparant à affronter le vent froid de novembre le temps d’une photo.



Bookmark and Share

Autres liens