Faculté des Sciences humaines
scienceshumaines@ustpaul.ca
Téléphone : 613-236-1393
1-800-637-6859
Liens rapides

Nécrogéographie : Une assistante de recherche se penche sur la signification culturelle des cimetières

Les cimetières, ces lieux omniprésents, reçoivent étonnamment peu d’attention. Ils recèlent pourtant des trésors d’histoire et de culture, estime Samantha McLean, étudiante en fin de maîtrise en Études de conflits.

« Il est triste de constater à quel point on néglige cet aspect de notre société, car le rôle culturel des cimetières est important, ajoute-t-elle. Ces lieux permettent aux gens d’entrer en contact avec des proches décédés récemment ou de trouver leurs ancêtres, ce qui aide les communautés à faire le pont entre le passé et le présent. »

La récente appréciation de Samantha McLean pour les cimetières lui vient d’une recension des écrits qu’elle a menée sur les aspects culturels des cimetières, des tendances en matière d’épitaphe et de gravure artistique de stèles, jusqu’au folklore au sens large et au renforcement des communautés. Elle s’est surtout intéressée à ce que les cimetières révèlent des gens et des cultures qui les ont institués.

« Comme j’ai le privilège de connaître ma propre histoire, je n’avais jamais pensé aux cimetières ou à la nécrogéographie comme sujets de recherche. Quand on connaît l’histoire de sa famille, on peut facilement négliger ce sujet, l’oublier. Je suis privilégiée, admet-elle. Mais je constate maintenant à quel point ce type de recherche peut être important pour des personnes marginalisées ou issues de cultures opprimées : ces gens peuvent ainsi renouer avec leur passé, dont ils peuvent avoir été séparés de force. Cette recherche ouvre la voie vers une partie d’eux-mêmes, et c’est important, parce qu’ignorer qui on est, ne pas connaître ses racines, ça peut vraiment créer un vide identitaire. Je suis heureuse que ma contribution à la recherche puisse atténuer ce vide. »

Contribuer à une recherche plus vaste

Samantha McLean a mené cette étude à titre d’assistante de recherche d’Anna Sheftel, alors professeure agrégée à l’École d’études de conflits.

« Lors de sa recension des écrits, Samantha a mené d’importantes recherches préliminaires qui m’ont aidée à lancer de nouveaux projets et à situer mes travaux dans le contexte général de la littérature, souligne Anna Sheftel. Il est toujours agréable de travailler auprès d’assistants de recherches comme Samantha. Pendant qu’ils mènent des recherches pour moi, les étudiants doués apportent leurs perspectives propres et leurs découvertes, et ce type de collaboration ne peut que contribuer à la force de la recherche et la rendre encore plus intéressante. »

« Toute mon expérience comme assistante de recherche a été très intéressante. J’admirais Anna comme professeure, donc je me sentais choyée de contribuer à ses travaux, confie Samantha McLean. J’ai aussi acquis de l’expérience de recherche, ce qui me sera utile, puisque j’espère embrasser une carrière de chercheuse. »

Pendant son assistanat, l’étudiante a aussi mené des recherches sur les manifestations étudiantes au Québec, en 2012, et a compilé des transcriptions et des documents en vue d’une table ronde sur les perspectives historiques de la COVID-19.



Bookmark and Share

Autres liens