Bibliothèque et archives Jean-Léon Allie
biblio@ustpaul.ca
Téléphone : 613-236-1393
1-800-637-6859
Poste 2357
Liens rapides

L’espace liturgique dans la vieille Europe : les intérieurs et l’architecture des églises tels qu’on les voyait au XIXe siècle

Février – mars 2020

Bibliothèque et archives Jean-Léon-Allie

Cette exposition présente des livres consacrés aux intérieurs d’églises et à la conception architecturale d’Angleterre et de France. Les ouvrages, qui datent de 1828 à 1905, offrent une fenêtre fascinante sur la position des historiens du XIXe siècle à l’égard de la signification et de la construction de l’architecture des églises. Pour ces écrivains, le style néogothique n’était pas une période lointaine de l’histoire de l’art, mais un phénomène contemporain d’une brûlante actualité, qui suscitait de nombreuses discussions sur la meilleure façon d’intégrer le patrimoine médiéval dans la construction des églises. Si certains des livres exposés se concentrent sur l’aspect historique de l’art, d’autres cherchent à expliquer le symbolisme religieux de la conception des églises.

Comme l’a souligné Gerard Lukken, les bâtiments ne sont pas seulement des objets physiques, ils sont aussi des entités culturelles qui facilitent les relations sociales et la communication humaine. Cela est particulièrement vrai des édifices religieux, dans lesquels l’espace architectural joue un rôle essentiel dans le rituel liturgique : « La qualité et la couleur des matériaux architecturaux, la forme et la hauteur du bâtiment, l’éclairage et la façon dont l’autel est placé […] influencent la façon dont l’ensemble de la liturgie […] est reçu par la congrégation. » L’aménagement intérieur de l’église est particulièrement important, car « l’intérieur du bâtiment est conçu en opposition à l’espace extérieur de l’église » et marque la « transition du profane au sacré […]. Entrer dans l’église, c’est franchir un […] seuil clairement défini » (Semiotics and Church Architecture, 1983, p. 12, 62-63, 70).

Tous les éléments physiques d’une église, depuis le cadre architectural (portes, fenêtres, voûtes, arcs) jusqu’aux objets mobiles dans cet espace (autels, chaires, fonts baptismaux) et aux infimes détails de la décoration, contribuent à la création d’un espace liturgique unifié, dans lequel la conception de chaque détail invite à la rencontre du sacré. L’intérieur d’une église peut donc être vécu de multiples façons, à la fois comme un objet physique tangible et comme un événement spirituel sacré. L’espace liturgique combine particulièrement la conception architecturale historique et le symbolisme religieux pour créer une union paradoxale entre le passé, le présent et le futur, tant de la quiétude solennelle que du rituel communautaire.

 

Traité de la réparation des églises

Dessin en noir et blanc d'une torchère du 18e siècle // Drawing of an 18th Century Torch

Raymond Bordeaux (1821-1877), Traité de la réparation des églises : principes d’archéologie pratique, 2e éd. (Évreux : A. Hérissey, 1862).

Cet ouvrage aborde l’architecture des églises du point de vue de la restauration, en mettant l’accent sur le respect de la conception originale et de l’intention spirituelle. Après une introduction théorique, l’auteur donne des conseils détaillés concernant la réparation des extérieurs et des intérieurs, notamment des éléments tels que les voûtes, les fenêtres et les tapisseries. « Une église est un poème architectural, dont tous les mots doivent être également nobles et harmonieux. […] Les ornements ne sont pas là pour le seul plaisir des yeux; ils doivent agir le cœur » (p. 24).

 

Hints on Building a Church

Dessin en noir et blanc de la chaire de l'église St. Martin, en Angleterre. // Black and white drawing of the St. Martin's Church pulpit in England.

Henry Parr Maskell, Hints on Building a Church (Londres : Church Bells Office; Milwaukee : Young Churchman, 1905).

Ce livre singulier conjugue une critique de l’architecture des églises anglaises et des suggestions sur les façons d’en concevoir une nouvelle. En opposant les églises géorgiennes « confortables » mais « laides » aux bâtiments néogothiques « précis » sur le plan artistique mais peu pratiques, Maskell soutient que « l’art de l’architecture » réside dans un équilibre entre la décoration et une « construction intelligente » (p. 1-3). Le reste de l’ouvrage offre à la fois un aperçu de l’histoire de l’architecture et des conseils pratiques sur des questions telles que le choix d’un site, la planification des différentes composantes (sanctuaire, nef), l’établissement d’un budget, la fourniture d’un chauffage adéquat et l’aménagement du cimetière. « Descending now from theory to practice, the predominant dimension in a church should always be its length. […] If width and height are duly balanced with each other, no church can ever look too long » (p. 95-96).

 

The Parish Church

Dessin en noir et blanc d'une femme assise à l'intérieur d'une église. / Black and white drawing of a woman sitting inside a church.

Thomas Parry Garnier, The Parish Church: A Simple Explanation of Church Symbolism (Londres : Society for Promoting Christian Knowledge, 1876).

Dans cet ouvrage, Garnier utilise des citations bibliques pour expliquer le symbolisme religieux des différentes parties d’une église paroissiale anglaise typique. Une grande partie du livre est présentée sous forme de dialogue entre un pasteur et les enfants qui participent à son école du dimanche. La signification des piliers illustrés sur cette page est soulignée par un passage de Luc 6, 48 : « il a posé les fondations sur le roc » (p. 78-79).

 

Churches: Their Structure, Arrangement, and Decoration

Dessin en noir et blanc d'une porte d'église. // Black and white drawing of a church door.

Révérend George Ayliffe Poole, pasteur de Welford (1809-1883), Churches : Their Structure, Arrangement, and Decoration (Londres : J. Burns, 1846).

Ce livre traite à la fois de l’histoire générale de l’architecture religieuse et du symbolisme de ses différentes composantes, telles que la porte, le clocher, les fonts baptismaux, le mobilier, l’autel, la chaire et les monuments. L’auteur s’intéresse à la fois à des détails historiques, comme l’irrégularité de l’architecture gothique, et à des questions liturgiques, comme l’emplacement de certains objets dans l’église afin de soutenir le rituel religieux. « Irregularity is a beauty purely Gothic. […] A Gothic church is, as it were, a combination of materialized aspirations » (p. 63-65).

 

Monographie de la basilique Saint Epvre

 

 

Dessin en noir et blanc du sanctuaire de la basilique Saint Epvre à Nancy. // Black and white drawing of the Saint Epvre Basilica sanctuary, in Nancy.

Émile Badel (1861-1936) et coll., Monographie de la basilique Saint Epvre à Nancy, 2 vol. (Tournai : Desclée, Société de Saint Jean l’Évangéliste, 1890).

Cet ouvrage monumental en deux volumes est consacré à la basilique néogothique de Saint-Epvre à Nancy, en France, qui a été construite de 1864 à 1871 par l’architecte Prosper Morey (1805-1886). La basilique est consacrée à saint Epvre, évêque de Toul (mort en 507). Une version antérieure de l’église, construite de 1436 à 1451, a été démolie en 1863. Le premier volume couvre l’histoire de l’ancienne église et celle du bâtiment actuel. Le deuxième volume présente des illustrations des extérieurs et des intérieurs de la basilique.

 

Principles of Gothic Ecclesiastical Architecture

Dessin en noir et blanc d'une fenêtre avec les mots « Altar, Warmington Church, Warwickshire » // Black and white drawing of a window with the words “Altar, Warmington Church, Warwickshire”.

Matthew Holbeche Bloxam (1805-1888), The Principles of Gothic Ecclesiastical Architecture, with an Explanation of Technical Terms, and a Centenary of Ancient Terms, 10e éd.(Londres : Kent, 1859).

Cet ouvrage présente une vaste histoire de l’architecture des églises, depuis le style anglo-saxon jusqu’à la Réforme, en mettant l’accent sur les différences subtiles entre chacune des phases du style gothique. Somptueusement illustré, le texte explique les différences entre les diverses composantes de l’église, comme les fenêtres, les voûtes, les portes, les chapiteaux, les parapets, les contreforts et les faîteaux.

 

Archéologie chrétienne

Dessin en noir et blanc d'une fenêtre. // Black and white drawing of a window.

L’Abbé Jean-Jacques Bourassé (professeur d’archéologie au Petit Séminaire de Tours, 1813-1872), Archéologie chrétienne, ou Précis de l’histoire des monuments religieux du Moyen Âge (Tours : Mame, 1841).

Ce livre présente d’abord un aperçu des monuments préchrétiens (dans l’Antiquité grecque et romaine et dans la culture celtique ancienne), puis fournit une histoire détaillée de l’architecture de l’ère chrétienne, depuis les premiers exemples (catacombes romaines) jusqu’à la Renaissance. L’ouvrage met l’accent sur les différences entre les styles architecturaux (byzantin, romano-byzantin, ogival). « Admirons les monuments de la foi de nos pères, mais aussi partageons leurs esperances… » (p. xi-xii).