Centre de Recherche sur le Conflit
Téléphone : 613-236-1393
1-800 637-6859
Poste 2519
Liens rapides
Print Imprimer

Membres

Peuvent être membres du Centre de recherche sur le conflit les professeurs de l’Université Saint-Paul qui conduisent des recherches liées aux questions de conflits. Le Centre accueille également des universitaires et des chercheurs invités qui sont impliqués dans les projets du CRC, ainsi que, à titre de membres associés, des intervenants en résolution de conflits.

Hélène Tessier 

Hélène Tessier, directrice du Centre de recherche sur le conflit, professeur titulaire au programme d’études des conflits, LL.L, LL.M (Montréal), D.E.A. en histoire des institutions et faits sociaux (Université de Grenoble), doctorat en psychopathologie fondamentale et psychanalyse (Université Paris 7 Denis Diderot). Avocate, membre du Barreau du Québec, et psychanalyste, membre de la Société canadienne de psychanalyse et de l’Association psychanalytique internationale. Vice-présidente du Conseil scientifique de la Fondation Jean Laplanche/Nouveaux Fondements pour la psychanalyse, Académie des sciences morales et politiques (Institut de France). Domaines d’expertise et de recherche : dimension morale des conflits, épistémologie, dimensions éthiques des choix épistémologiques, théorie du conflit, droit et conflit, rapports de domination, résistance à l’injustice, apports de la psychanalyse à la théorie de l’action, psychanalyse et champ social, droits de l’homme, droit à l’égalité. 

 

Geneviève Parent

Geneviève Parent a écrit sur plusieurs aspects de la pratique de la consolidation de la paix suite à des conflits ethniques ou des génocides. Parmi ses publications, nous retrouvons : “Local Peacebuilding, Trauma, and Empowerment in Bosnia-Herzegovina” (2016, Peace and Change: A Journal of Peace Research), “Genocide Denial: Perpetuating Victimization and the Cycle of Violence in Bosnia and Herzegovina” (2016, Genocide Studies and Prevention: An International Journal), “Identifying factors promoting or obstructing healing and reconciliation: Observations from an exploratory research field” (2012, International Journal of Peace Studies), “Peacebuilding, Healing, Reconciliation: An Analysis of Unseen Connections for Peace” (2011, International Peacekeeping) et l’article “Reconciliation, Justice and Peacebuilding: A Theoretical Exploration” (2010, Genocide Studies and Prevention). Elle est aussi coéditrice du livre Peacebuilding, Memory and Reconciliation: Bridging Top-Down and Bottom-up Approaches (2012, Routledge). Sa recherche touche les questions de la reconnaissance et du déni, la protection et la guérison (healing/réhabilitation) psychosociale des victimes de conflits armés (notamment de génocides intimes), comment gérer ceux qui sont responsables des conflits armés (et génocides), les conséquences des crimes violents et des violences de masse, la justice transitionnelle (dont la justice restaurative) et la réconciliation suivant un conflit armé (spécialement dans le cas d’un génocide intime). Geneviève Parent se concentre sur les régions suivantes : l’ex-Yougoslavie et la région des Grands Lacs (surtout le Rwanda).

 

Peter Pandimakil

P.G. PandimakilPeter G. Pandimakil est professeur associé à la Faculté de sciences humaines de l’Université Saint-Paul. Il enseigne aux programmes d’études de conflit et du ministère pastoral. Il a déjà été professeur en Tanzanie, ainsi que pour l’Université de Valladolid, en Espagne, où il enseignait au deuxième cycle, donnant des cours spécialisés sur l’Inde. Peter Pandimakil est aussi membre de la Faculté Estudio Agustiniano à Valladolid, en Espagne. Ses recherches récentes portent sur la diversité religieuse, le pluralisme et les droits de la personne.

 

 

Vern Neufeld Redekop

V.N. RedekopAprès avoir travaillé à formuler un cadre herméneutique pour comprendre les conflits enracinés entre des groupes identitaires et les exigences d’une réconciliation, le professeur Redekop continue de raffiner ce cadre et d’en développer les implications pour des types particuliers de conflits, comme les conflits fondés sur la religion, les foules manifestantes et les policiers, ainsi que le rôle des conflits basés sur l’identité dans la vie économique. Il a récemment publié Beyond Control : A Mutual Respect Approach to Protest Crowd-Police Relations (coauteur, avec Shirley Paré). Il travaille actuellement à un projet de recherche sur la réconciliation par le développement économique en Bosnie-Herzégovine. Il dirige également la production d’un livre sur le mimétisme créatif et la réconciliation, et il participe, avec Jean-François Rioux, à la rédaction d’un manuel d’introduction à la résolution des conflits. Le professeur Redekop détient un doctorat en théologie de l’Université Saint-Paul et de l’Université d’Ottawa, et est membre de la Faculté des études supérieures et postdoctorales de l’Université d’Ottawa.  

 

Jean-François Rioux

J-F RiouxJean-François Rioux est professeur en Études de conflits à l’Université Saint-Paul, à Ottawa, depuis 2002. Après son doctorat en science politique de l’Université Carleton, M. Rioux a travaillé au gouvernement canadien et comme expert-conseil dans le domaine du contrôle des armements nucléaires. Il a ensuite tourné son attention vers la question de la consolidation de la paix, notamment comme directeur de recherche à la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM, où il a publié sur les sujets de la sécurité humaine, de la consolidation de la paix et des opérations de paix en Afrique. À l’Université Saint-Paul, il a publié sur les questions éthiques dans les interventions de paix et sur divers conflits dans différentes parties du monde. Il a contribué à mettre sur pied la maîtrise, le baccalauréat, le certificat et le doctorat en études de conflits. Il a créé plusieurs cours inédits dans ce domaine et a publié un important manuel d’études de conflits avec le professeur Vern N. Redekop (Introduction to Conflict Studies: Empirical, Theoretical, and Ethical Dimensions, Oxford University Press, 2012). Il est directeur du programme d’études de conflits depuis 2013.

 

Anna Sheftel

A. Sheftel

Anna Sheftel se joint à la Faculté des sciences humaines, au programme d’études de conflits, en 2011, où elle enseigne tant au premier cycle qu’aux 2e et 3e cycles. Elle est impliquée dans un projet de recherche qui veut savoir comment les survivants de la Shoah se souviennent de leurs expériences et comment ils les racontent dans des lieux publics, ainsi que le contexte personnel, social et politique de ces témoignages. Sa thèse doctorale, intitulée The Construction of Formal and Informal Historical Narratives of Violence in North-Western Bosnia, World War II Until Present, utilise l’histoire orale et la recherche documentaire pour comprendre comment les Bosniaques négocient leurs souvenirs de la guerre dans les contextes locaux, ethniques et nationaux, tous avec leurs propres politiques. Elle a beaucoup d’expérience de travail sur la méthodologie et l’éthique de l’histoire orale; elle a récemment coanimé un atelier international financé par le CRSH intitulé Off the Record : Unspoken Negotiations in the Practice of Oral History. Elle a aussi animé de nombreuses formations sur cette méthodologie humaniste, incluant des animateurs socioculturels et l’équipe de recherche du Musée canadien des droits de la personne. Elle a aussi fondé H-Memory, le plus grand réseau de chercheurs travaillant sur des sujets reliés au domaine interdisciplinaire de l’étude de la mémoire. Elle s’intéresse aux manières dont les souvenirs de la violence sont utilisés, politisés, résistés et déstabilisés, et comment les gens ordinaires comprennent leurs expériences, se souviennent et s’organisent après des situations de conflit.

 

Moda Dieng

moda dieng

Moda Dieng est professeur adjoint au sein du programme d’études de conflits de l’Université Saint-Paul. Il est docteur en science politique (Université Toulouse 1 Capitole), titulaire d’une maîtrise en philosophie (Université Toulouse – Jean-Jaurès) et d’un diplôme d’études internationales et de développement. Moda Dieng travaille principalement sur les processus de règlement des conflits en Afrique. Ses publications sont parues dans des revues scientifiques majeures comme Études internationales, European Journal of Development Research, Revue africaine de sociologie. Il a aussi publié et dirigé plusieurs ouvrages. Moda Dieng étend ses recherches à l’étude des défis posés à la sécurité et à la résolution des conflits en Afrique, dans un contexte mondial dominé par les discours et les « guerres antiterroristes ». Comment le contexte mondial de guerres contreterroristes affecte-t-il la capacité et les méthodes africaines de résolution des conflits? C’est la principale question à laquelle Moda Dieng tente de répondre.

 

Philippe Dufort

Philippe Dufort Philippe Dufort est professeur adjoint à l’École d’études de conflits de l’Université Saint-Paul et chercheur associé au Centre régional d’études stratégiques et de sécurité (CREES) de l’École supérieure de guerre de la Colombie. Il a réalisé une thèse de doctorat à l’Université Cambridge, au Royaume-Uni. Ses recherches actuelles portent sur l’innovation stratégique, les liens entre géopolitique et économie politique internationale. Il a notamment été éditeur associé pour la Cambridge Review of International Affairs, analyste politique à la mission canadienne auprès de l’Union européenne, ainsi qu’observateur des droits de la personne en zones de conflit.

 

Heather Eaton

Heather EatonHeather Eaton est professeure à l’École d’études de conflits de l’Université Saint-Paul à Ottawa. Elle détient un doctorat interdisciplinaire en écologie, féminisme et religion, en plus de s’impliquer dans divers ateliers, conférences et ouvrages. Parmi ses écrits et ouvrages édités, mentionnons Advancing Nonviolence and Social Transformation: New Perspectives on Nonviolent Theories (2016), avec Lauren Levesque; The Intellectual Journey of Thomas Berry: Imagining the earth Community (2014); Ecological Awareness: Exploring Religion, ethics and Aesthetics, avec Sigurd Bergmann (2011); Introducing Ecofeminist Theologies (2005); et Ecofeminism and Globalization: Exploring Religion, Culture, Context (2003), avec Lois Ann Lorentzen. Elle est membre du conseil du journal Wolrdviews: Global Religions, Culture and Environnement, et du comité directeur de la commission religion et écologie de l’American Academy of Religion. Ses recherches se concentrent sur la justice sociale et la transformation sociale; les dimensions écologiques du conflit; l’analyse du genre et le changement social; religion, paix et conflit; les droits des animaux; la non-violence. 

 

Jean-Guy Goulet

Jean-Guy Goulet

Jean-Guy A. Goulet, anthropologue, est professeur à l’École d’études des conflits à l’Université Saint-Paul (Ottawa). Il a publié de nombreux chapitres de livres et d’articles parus dans des revues savantes au sujet des dimensions religieuses et politiques de la vie des Wayuu (Venezuela/Colombie) et des Dènè Tha (nord-ouest de l’Alberta) desquels il a appris le Wayunaiki et le Dene Dhaa au cours de longs séjours sur le terrain. Il est l’auteur de deux monographies : El Universo social y religioso guajiro (1981), ainsi que Ways of Knowing: Experience, Knowledge and Power among the Dene Tha (1998, mis en nomination pour le prix Victor Turner en ethnographie). Il est corédacteur (avec David E. Young) de Being Changed by Cross-Cultural Encounters. The Anthropology of Extraordinary Experiences (1994, deuxième impression 1998), ainsi que corédacteur (avec Bruce G. Miller) d’Extroardinary Anthropology. Transformations in the Field (2007). En 2011, il dirigeait le numéro spécial d’Anthropologie et sociétés (volume 35, numéro 3) portant le titre « De l’observation-participante à l’observation de la participation : la transformation de l’anthropologue par le terrain ». Ce numéro soulignait le 40e anniversaire de la publication de l’article de Barbara Tedlock intitulé “From participation observation to observation of participation”, qui marquait un tournant dans l’histoire de l’anthropologie expérientielle. De 2013 à 2015, il a dirigé la préparation de trois volumes intitulés Religious Diversity Today: Experiencing Religion in the Contemporary World, publiés en 2016 par la maison d’édition Praeger. Chacun des trois volumes a son sous-titre et son propre directeur, Dr. Liam D. Murphy, pour Suffering and Misfortune (volume 1), Dr. Anastasia Panagakos, pour Ritual and Pilgrimage (volume 2), et Jean-Guy Goulet pour Religion transforming societies and social lives (volume 3).